À l’affiche en juin

Basquiat, un adolescent à New York

de Sara Driver // USA – 2018 – 1h18 – Documentaire

Basquiat, un adolescent à New York éclaire la courte vie du peintre culte Jean-Michel Basquiat au sein de la ville de New York de 1978 à 1981 et explore tout ce qui, dans cette métropole, à travers ses rencontres et les mouvements politiques, sociaux et culturels, l’a nourri et inspiré.

A travers images d’archives et témoignages, le documentaire évoque le jeune peintre encore inconnu et décrit un quartier foisonnant de New York, le Lower East Side en pleine effervescence avec ses clubs et sa jeunesse qui réinvente l’art de la rue.

Séances :

  • Mercredi 27 Novembre : 18h15
  • Jeudi 28 : 20h30
  • Vendredi 29 : 20h30
  • Samedi 30 : 14h
  • Dimanche 1 Décembre : 18h15
  • Lundi 2 : 14h et 18h15
  • Mardi 3 : 20h30

Au bout du monde

de Kiyoshi Kurosawa, avec Atsuko Maeda, Ryô Kase, Shôta Sometani // Japon/Ouzbek/Quatar – 2019 – 2h00

Reporter pour une émission populaire au Japon, Yoko tourne en Ouzbékistan sans vraiment mettre le cœur à l’ouvrage. Son rêve est en effet tout autre… En faisant l’expérience d’une culture étrangère, de rencontres en déconvenues, Yoko finira-t-elle par trouver sa voie ?

Un voyage initiatique délicat qui tient beaucoup à la présence de l’actrice Atsuko Maeda, le portrait d’une jeune femme perdue dans ses certitudes en territoire inconnu.

Séances :

  • Mercredi 4 Décembre : 18h15
  • Jeudi 5 : 20h30
  • Vendredi 6 : 20h30
  • Samedi 7 : 14h00
  • Dimanche 8 : 18h15
  • Lundi 9 : 14h00 et 18h15
  • Mardi 10 : 20h30

L’Angle mort

de Patrick-Mario Bernard et Pierre Trividic, avec Jean-Christophe Folly, Isabelle Carré, Golshifteh Farahani // France – 2019 – 1h44

Dominick Brassan a le pouvoir de se rendre invisible. Il ne s’en sert pas beaucoup. A quoi bon, d’ailleurs ? Il a fait de son pouvoir un secret vaguement honteux, qu’il dissimule même à sa fiancée, Viveka. Et puis vient un jour où le pouvoir se détraque et échappe à son contrôle en bouleversant sa vie, ses amitiés, ses amours.

Un film singulier où le réel côtoie le fantastique et revisite le thème de l’homme invisible avec douceur et mélancolie.

Séances :

  • Mercredi 11 Décembre : 18h15
  • Vendredi 13 : 20h30
  • Samedi 14 : 14h00
  • Dimanche 15 : 18h15
  • Lundi 16 : 14h00 et 18h15
  • Mardi 17 : 20h30

Noura rêve

de Hinde Boujemaa, avec Hend Sabri, Lotfi Abdelli, Hakiem Boumsaoudi // Tunisie/Belgique/France – 2019 – 1h30

5 jours, c’est le temps qu’il reste avant que le divorce entre Noura et Jamel, un détenu récidiviste, ne soit prononcé. Noura qui rêve de liberté pourra alors vivre pleinement avec son amant Lassad. Mais Jamel est relâché plus tôt que prévu, et la loi tunisienne punit sévèrement l’adultère : Noura va devoir jongler entre son travail, ses enfants, son mari, son amant et défier la justice.

Un film tendu porté par une grande actrice qui aborde un sujet sensible en évitant tout manichéisme avec des personnages complexes et ambigus.

Grand Prix de la Compétition Internationale au Festival du film indépendant de Bordeaux.Grand Prix et Prix d’interprétation féminine au Festival de Carthage.

Séances :

  • Mercredi 18 Décembre : 18h15
  • Jeudi 19 : 20h30
  • Vendredi 20 : 20h30
  • Samedi 21 : 14h00
  • Dimanche 22 : 18h15
  • Lundi 23 : 14h00 et 18h15
  • Mardi 24 : 20h30

Camille

de Boris Lojkine, avec Nina Meurisse, Fiacre Bindala, Bruno Todeschini // France /  Centrafrique – 2019 – 1h30

Avertissement : des scènes, des propos, des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

Jeune photojournaliste éprise d’idéal, Camille part en Centrafrique couvrir la guerre civile qui se prépare. Très vite, elle se passionne pour ce pays et sa jeunesse emportée par la tourmente. Désormais, son destin se jouera là-bas.

Sur les traces de Camille Lepage, jeune photoreporter tuée en 2014 dans une embuscade en Centrafrique, un film émouvant qui évoque son parcours, son engagement auprès de la population et lui rend hommage en insérant ses photos au fil du récit.

Prix du Public au Festival de Locarno. Prix de la meilleure actrice au Festival d’Angoulême.

Séances :

  • Mercredi 25 Décembre : 18h15
  • Jeudi 26 : 20h30
  • Vendredi 27 : 20h30
  • Samedi 28 : 14h00
  • Dimanche 29 : 18h15
  • Lundi 30 : 14h00 et 18h15
  • Mardi 31 : 20h30

Et puis nous danserons

de Levan Akin, avec Levan Gelbakhian, Bachi Valishvili, Ana Javakishvili // Suède/Géorgie/France – 2019 – 1h50

Merab s’entraîne depuis son plus jeune âge dans le cadre de l’Ensemble National Géorgien avec sa partenaire de danse, Mary. Son monde est brusquement bouleversé lorsque le charismatique Irakli arrive et devient son plus fort rival et son plus grand désir.

Une histoire d’amour et d’émancipation d’un jeune danseur géorgien pratiquant une discipline traditionaliste et codifiée, faite de virtuosité et de rigueur martiale qui ne souffre pas la différence.  Le vibrant portrait d’une jeunesse qui aspire à la liberté.

Séances :

  • Mercredi 1er Janvier : 18h15
  • Jeudi 2 : 20h30
  • Vendredi 3 : 20h30
  • Samedi 4 : 14h00
  • Dimanche 5 : 18h15
  • Lundi 6 : 14h00 et 18h15
  • Mardi 7 : 20h30