À l’affiche – accueil

Thunder road

De Jim Cummings, avec Jim Cummings, Kendal Farr, Nican Robinson // USA – 2018 – 1h31

L’histoire de Jimmy Arnaud, un policier texan divorcé qui essaie tant bien que mal de gérer sa vie et ses émotions et d’élever sa fille. Le portrait tragi-comique d’une figure d’une Amérique vacillante.

Entre rires et larmes, un film insolite autour d’un personnage borderline, clin d’œil à la chanson de Bruce Springsteen. Une performance de Jim Cummings à la fois réalisateur et acteur virtuose.

Grand Prix du Festival du cinéma américain de Deauville.

Séances :

  • Mercredi 17 octobre : 18h15
  • Jeudi 18 : 20h30
  • Vendredi 19 : 20h30
  • Samedi 20 : 14h00
  • Dimanche 21 : 18h15
  • Lundi 22 : 14h00 et 18h15
  • Mardi 23 : 20h30

Rafiki

De Wanuri Kahiu, avec Samantha Mugatsia, Sheila Munyiva, Jimmi Gathu // Kenya/Afrique du Sud– 2018 – 1h22

A Nairobi, Kena et Ziki sont deux lycéennes très différentes dont les chemins se croisent en pleine campagne électorale au cours de laquelle s’affrontent leurs pères respectifs. Attirées l’une vers l’autre dans une société kenyane conservatrice, les deux jeunes femmes vont être contraintes de choisir entre amour et sécurité.

Premier film kényan à être sélectionné au festival de Cannes mais interdit dans son pays en raison de son sujet. Un film vibrant et solaire, un hymne coloré à l’amour et à la jeunesse.

Séances :

  • Mercredi 24 octobre : 18h15
  • Jeudi 25 : 20h30
  • vendredi 26 : 20h30
  • Samedi 27 : 14h00
  • Dimanche 28 : 18h15
  • Lundi 29 : 14h00 et 18h15
  • Mardi 30 : 20h30

Taste of cement

De Ziad Kalthoum // Allemagne/Liban/Syrie/Qatar/Emirats arabes – 2018 – 1h29 – Documentaire

Chaque jour, des ouvriers syriens construisent un gratte-ciel dans le ciel de Beyrouth alors que, dans le même temps, la guerre détruit leurs maisons en Syrie. Chaque nuit, un couvre-feu leur impose de s’enfoncer dans leurs entrailles de ciment. Peu à peu, les images et les sons de destruction et de reconstruction se mélangent dans une cacophonie onirique.

Un essai boulversant sur le sens d’une vie en exil. Une œuvre audacieuse, visuellement éblouissante.

Sesterce d’or à Visions du Réel à Nyon, Prix du Jury à Montréal.

Séance unique : Mercredi 7 Novembre à 20h00 en présence du distributeur.

Projection organisée dans le cadre du mois du film documentaire.

Nul homme n’est un île

De Dominique Marchais //France – 2018 – 1h36 – Documentaire

« Chaque homme est un morceau du continent, une partie de l’ensemble ». Un voyage en Europe, de la Sicile aux Alpes, où l’on découvre des hommes et des femmes, agriculteurs, architectes, artisans, élus, qui travaillent à faire vivre localement la démocratie et à produire le paysage du « bon gouvernement ». Tous font de la politique à partir de leur travail. Le local serait-il le dernier territoire de l’utopie ?

Une réflexion politique et esthétique sur la possibilité d’une autre société au service du bien commun.

Grand Prix au Festival de Belfort.

Séance unique : Mercredi 14 Novembre à 20h00 en présence de Camille Lotteau, 1er assistant réalisateur.

Projection organisée dans le cadre du mois du film documentaire.

Rêver sous le capitalisme

De Sophie Bruneau // Belgique – 2018 – 1h03 – Documentaire

Douze personnes racontent puis interprètent le souvenir d’un rêve de travail. Ces âmes que l’on malmène décrivent, de façon poétique et politique, leur souffrance subjective au travail. Petit à petit, les rêveurs et leurs rêves font le portrait d’un monde dominé par le capitalisme néolibéral.

Co-réalisatrice du documentaire Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés, Sophie Bruneau aborde de nouveau le monde de l’entreprise en sondant les rêves suscités par le néolibéralisme.

Prix des Bibliothèques au Cinéma du Réel.

Séance unique : Mercredi 21 Novembre à 20h00 en présence de la réalisatrice.

Projection organisée dans le carde du mois du film documentaire.

Le Temps des forêts

De François-Xavier Drouet // France – 2018 – 1h43 – Documentaire

Symbole aux yeux des urbains d’une nature authentique, la forêt vit une phase d’industrialisation sans précédent. Mécanisation lourde, monoculture, engrais et pesticides, la gestion forestière suit le modèle agricole intensif. Du Limousin aux Landes, du Morvan aux Vosges, un voyage au cœur de la sylviculture industrielle et de ses alternatives.

Un constat sans concession de l’état de la forêt en France. Le film interroge exploitants, bûcherons, agents forestiers, citoyens, résistants à cette « mal-forestation ».

Grand Prix à la Semaine de la critique du Festival de Locarno.

Séances :

  • Mercredi 31 Octobre : 18h15
  • Jeudi 1 Novembre : 20h30
  • Vendredi 2 : 20h30
  • Samedi 3 : 14h00
  • Dimanche 4 : 18h15
  • Lundi 5 : 14h00 et 18h15
  • Mardi 6 : 20h30

Libre

De Michel Toesca // France – 2018 – 1h40 – Documentaire

La Roya, vallée du sud de la France frontalière avec l’Italie. Cédric Herrou, agriculteur, cultive ses oliviers. Le jour où il croise la route des réfugiés, il décide, avec d’autres habitants, de les accueillir et de les aider à déposer leur demande d’asile. Mais, en agissant ainsi, il est considéré comme hors la loi. Michel Toesca, ami et voisin, l’a suivi durant trois ans et a filmé au jour le jour cette résistance citoyenne.

Applaudi au Festival de Cannes, le portrait d’un héros ordinaire, humaniste, engagé auprès des migrants.

Mention spéciale de l’Œil d’or, le Prix du documentaire au Festival de Cannes.

Séances :

  • Mercredi 7 Novembre : 18h15
  • Jeudi 8 : 20h30
  • Vendredi 9 : 20h30
  • Samedi 10 : 14h00
  • Dimanche 11 : 10h30 en VFSTF et 18h15
  • Lundi 12 : 14h00 et 18h15
  • Mardi 13 : 20h30

Penché dans le vent

De Thomas Riedelsheimer, avec Andy Goldsworthy // Allemagne – 2018 – 1h37 – Documentaire

Seize ans après  Rivers and Tides, Thomas Riedelsheimer retrouve Andy Goldsworthy, artiste mondialement reconnu pour son travail éphémère et permanent avec la nature, le Land Art. Entre 2013 et 2016, les deux hommes sont repartis à l’aventure pour un voyage créatif qui nous mène d’Edimbourg à la réserve d’Ibiticopa au Brésil, du sud de la France à la Nouvelle-Angleterre.

Un film éblouissant par la beauté des œuvres d’Andy Goldsworthy qui fait corps avec ses créations. Il s’introduit dans ses œuvres, mêlant l’intime aux éléments de la nature.

Séances :

  • Mercredi 14 Novembre : 18h15
  • Jeudi 15 : 20h30
  • Vendredi 16 : 20h30
  • Samedi 17 : 14h00
  • Dimanche 18 : 18h15
  • Lundi 19 : 14h00 et 18h15
  • Mardi 20 : 20h30

Le Grand bal

De Laetitia Carton // France – 2018 – 1h39 – Documentaire

Chaque été, plus de deux mille personnes affluent de toute l’Europe dans un coin de campagne française. Pendant 7 jours et 8 nuits, ils dansent encore et encore, perdent la notion du temps, bravent leurs fatigues et leurs corps. Ça tourne, ça rit, ça virevolte, ça pleure, ça chante. Et la vie pulse.

Un « film tourbillon » plein de grâce et de sensibilité qui happe le spectateur avec bonheur …

Séances :

  • Mercredi 28 Novembre : 18h15
  • Jeudi 29 : 20h30
  • Vendredi 30 : 20h30
  • Samedi 1 Décembre : 14h00
  • Dimanche 2 : 18h15
  • Lundi 3 : 14h00 et 18h15
  • Mardi 4 : 20h30